Connect with us

Hi, what are you looking for?

Arcade

[Test] Dreams sur PS4 – Le jeu de vos rêves?

Avec presque soixante ans d’existence, le jeu vidéo est aujourd’hui un média arrivé à l’age de la maturité. De ses premiers balbutiements, dans les années 60, alors qu’il n’est encore qu’un loisir destiné à une poignée de geeks attardés, en passant par une adolescence difficile, caractérisée par le krach de 1983, il est devenu une industrie florissante capable de rivaliser avec les autres formes de divertissement, telles que le cinéma ou la télévision. Mieux encore : il est de plus en plus reconnu comme un véritable produit culturel, voire même élevé au rang de 10ème art.

Avec cette maturité, il a appris à se regarder, à prendre du recul sur sa propre Histoire.

Il en résulte une nouvelle façon d’envisager les processus ludiques et une prise en compte plus attentive du public. Les contenus deviennent « méta » et le joueur est de plus en plus acteur. La consécration de cette démarche, c’est de placer le joueur dans un rôle de créateur, et de nombreux logiciels le permettant vont voir le jour. On pourra ainsi inventer ses jeux de rôle à la japonaise dans RPG Maker, ou imaginer les nouvelles aventures d’un célèbre plombier dans Mario Maker. Le dernier né de cette mouvance se nomme Dreams, issu des studios des britanniques de Média Molecule (Mm), qui ne sont pas étrangers à ce genre de produits, puisque c’est déjà à eux qu’on devait, en 2008 et 2011 les jeux Little Big Planet.

Bienvenue dans le Dreamiverse !

Le Dreamiverse a une identité visuelle très kawaii.

La première chose qui frappe le joueur en lançant Dreams, c’est son esthétique. Celle-ci surfe sur plusieurs concepts et les marie relativement bien pour un résultat homogène et original.

Ainsi, pour donner naissance au monde des rêves, c’est bien sûr la thématique cosmique qui est mise en avant, avec force galaxies et autres nébuleuses. Bien entendu, comme il va s’agir de manipuler des objets en 3D, les formes géométriques seront aussi à l’honneur. On commencera donc l’aventure en incarnant un personnage en forme… de cône. Enfin, l’accent est aussi mis sur le côté kawaii, avec toute une galerie de personnages trop mignons, à commencer par votre follet, une petite créature mi-avatar, mi-pointeur de souris qui vous accompagnera tout au long de votre séjour dans le Dreamiverse.

Le follet fait office de pointeur de souris. Il est contrôlé grâce à la détection de mouvement de la manette DualShock4.

Au cours du didacticiel, on apprendra les contrôles de base du follet, notamment la possession. Lorsque votre ami prend possession d’un personnage, vous pouvez le diriger comme dans un jeu de plateformes 3D classique. Une fois ces quelques leçons apprises, il est temps de vous lancer dans l’exploration du monde des rêves. 2 possibilités s’offrent à vous : jouer ou créer.

Voyage onirique vous permet de jouer aux créations d’autres joueurs, tandis que création de rêves vous permet de partager vos propres trouvailles.

Le jeu de vos rêves ?

Dans le mode voyage onirique, vous pourrez rapidement constater les incroyables possibilités qu’offre Dreams !

Certaines des créations sont vraiment impressionnantes et on se prend souvent à se demander :

  1. Comment diable le créateur a-t-il pu faire ça ?

  2. Combien de temps cela a-t-il bien pu lui prendre d’arriver à ce résultat ?

Un élément de réponse réside dans le fait que de nombreuses créations sont celles des joueurs inscrits à la Bêta fermée, mais il n’empêche que certains contenus représentent un travail titanesque.

Les créations peuvent prendre différentes formes : il peut s’agir de jeux, de courts-métrages ou d’expos plus ou moins interactives.

Les jeux représentent évidemment le cœur des créations disponibles sur le Dreamiverse. Si quelques uns proposent une expérience vraiment originale, beaucoup sont des copies de jeux déjà existants, allant de l’hommage à la parodie, en passant par la violation de copyright.

Ainsi, un joueur a recréé Mario, sculptant son avatar pour lui donner l’apparence du plombier dans les moindres détails et recréant son moveset complet de Mario 64. Bien que cela relève de l’exploit d’avoir donné vie à la mascotte de Nintendo à coup de DualShock4, le manque d’innovation est regrettable. D’autant qu’il est possible de partager ses création pour les rendre utilisables par les autres joueurs : il y a maintenant des dizaines de jeux mettant en scène cette version de Mario…

Ce jeu nous propose de revivre des scènes clé de Silent Hill, avec une esthétique cartoon assez sympa. (Silent Hills Police Station)

Ainsi, bien que démontrant un savoir-faire manifeste, la communauté ne brille pas par son inventivité, en déclinant très largement Mario, Sonic, Crash Bandicoot, Lara Croft…

Côté styles de jeu, on retrouvera une majorité de jeux de plate-formes, mais aussi du FPS, de l’action RPG, ainsi qu’un certain nombre d’ovnis, comme un remake de Duck Hunt ou une simulation de batterie !

Duck Hunter

 

Bass Drum Beats

Certains prennent une approche plus cinématique en proposant des courts-métrages. Beaucoup de ces vidéos piochent elles aussi dan le répertoire pop culture en reprenant des scènes de films cultes tels Star Wars, Harry Potter, etc…

C’est sans doute du côté des expos qu’on trouve le plus de contenu sortant de l’ordinaire. Elles prennent la forme de photos ou galeries de photos, ou encore de dioramas ; et avec diverses options comme changer l’éclairage, contrôler la caméra ou animer certains éléments… Elles montrent le talent de certains joueurs pour composer des environnements ou sculpter des objets en 3D et, là encore, le résultat est souvent bluffant.

Certaines créations ont une véritable identité et un fort sens artistique. (Planet Unknown)

Enfin, les rêves les plus élaborés mélangent allègrement tous ces éléments en proposant des jeux assortis de cinématiques, de menus personnalisés, avec choix du personnage, etc…

La scène d’intro d’un Action RPG : Unlikely Allies

Bref, le mode voyage onirique donne accès à beaucoup de contenu et les créateurs font preuve de beaucoup de talent dans la manipulation des outils de Dreams. Toutefois, il est encore un peu tôt dans la vie du soft pour juger de la qualité des productions, qui pour le moment se résument beaucoup (bien que pas exclusivement) à des rip-offs de références du genre.

Dernier bémol : la navigation dans le voyage onirique n’est pas des plus ergonomique. On peut certes rechercher du contenu avec un ensemble de mots-clés, mais le menu est dans l’ensemble indigeste.

Le mur des doutes

Dès le tuto du début, le jeu nous prévient : on va se heurter au mur des doutes. Et ça risque de se produire dès lors qu’on se lance dans le mode création…

Si les possibilités offertes par ce dernier sont indéniables au vu des créations proposées par les autres utilisateurs, vous risquez fort de douter de votre capacité à en maîtriser tous les outils.

Ce mode est en effet très riche, mais qui dit très riche, dit complexe. Or, l’ergonomie n’est pas toujours au rendez-vous.

Les contrôles, tout d’abord, effectués grâce à la détection de mouvements, peuvent rapidement devenir crispants. Il faut recentrer le follet sans arrêt et certaines opérations de précision sont parfois frustrantes. Il arrive bien souvent qu’on s’y reprenne à plusieurs fois pour placer un élément dans la position souhaitée. Heureusement, il existe des options de calage qui permettent d’aligner un objet selon l’angle le plus proche, mais ça n’a hélas pas toujours l’effet escompté.

On apprend vite à cloner les éléments pour gagner du temps, ainsi qu’à les grouper pour travailler sur plusieurs blocs en même temps.

Certaines actions de base comme grouper ou cloner deviennent rapidement indispensables.

Certaines manipulations demeurent toutefois assez obscures et le seul moyen de les maîtriser est de se farcir un des multiples tutos. Il y en a sur tout : des commandes les plus basiques à la création de personnages ou d’environnements. Ils sont hélas très lassants et se déroulent bien souvent à un rythme frustrant : il faut parfois subir de nombreuses étapes pour arriver à l’information souhaitée.

Il est certes gratifiant de constater ses progrès à la fin d’un didacticiel, mais on réalise ensuite du chemin qui reste à parcourir et on se heurte une nouvelle fois au mur des doutes…

Dans ce tuto, j’apprends à créer mon environnement…

 

… Il ne reste plus qu’à ajouter des textures pour rendre le tout plus joli et plus vivant.

En outre, certaines notions sont si obscures que même après avoir lu le tuto en détail et essayé toutes les manips possibles, elles restent mystérieuses. C’est le cas de certains défis proposés par le jeu.

J’ai beau essayer tant que je peux : impossible d’obtenir cette récompense. Seuls 3% des joueurs y sont parvenus, pourtant il s’agit d’un défi basique.

Dans l’exemple ci-dessus, il n’y a pas 36 solutions : soit

– Je suis nul et si seulement 3% des joueurs y sont parvenus, c’est juste que les 97 autres n’ont pas jugé ce défi digne d’intérêt

– C’est buggué

– C’est vraiment mal foutu.

Ainsi, s’il est un espace de création aux possibilités inouïes, ce mode, avec des contrôles parfois hasardeux et des manips souvent obscures, voire quasiment impossible, reste un outil difficile à maîtriser.

Certes, cela peut être très gratifiant pour peut qu’on s’accroche, mais cela nécessite une bonne dose de courage et de persévérance.

Nous parlions de maturité en préambule de cet article. Dreams doit encore mûrir et sa communauté avec lui . Les joueurs, en apprenant à maîtriser ses outils s’éloigneront peut être des copies pour proposer des œuvres plus personnelles. En tout cas, il est indéniable que ce logiciel offre des possibilités de création incroyables. Il permet de créer des médias vraiment élaborés à partir d’une “simple” PS4. Toutefois, l’ampleur de cette tache, en partie due à une ergonomie encore mal optimisée, mais surtout à son ambition même, risque fort de décourager une bonne partie du public.

Version commerciale fournie par l’éditeur

Test réalisé sur PS4 classique

Par Matriper

Dreams

39.99€
7

Possibilités

10.0/10

Ergonomie

5.0/10

Créations de la communauté

6.0/10

Esthétique

7.0/10

Points positifs

  • Des possibilités inouïes...
  • Une communauté talentueuse...
  • Une esthétique agréable

Points négatifs

  • ... mais si dures à mettre en oeuvre.
  • .. qui propose beaucoup de rip-offs.
Avatar
Écrit par

Joueur depuis pas loin de trente ans, je touche un peu à tout, avec une préférence pour le J-RPG. Je suis un grand fan de Square et l'époque qui m'a le plus marqué est l'ere des 16 bits. Le jeu que je ne me lasse jamais de refaire est Final Fantasy VI. En ce moment, je joue sur PS4, Switch et 3DS.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu Pourrais Aussi Aimer

Action & Aventure

Si vous voulez découvrir un jeu mêlant humour et ambiance d’Halloween, tout en contrôlant un squelette en guise de héros, ce jeu est fait...

Journal

Après 10 ans de bons et loyaux services il est temps de dire au revoir à FragStorm.com afin qu’il laisse la place à PlayTest.fr....

Action & Aventure

Plusieurs années après sont arrivée sur la génération précédente, Mafia II: Definitive Edition est paru récemment sur PlayStation 4. L’occasion pour nous de remettre...

Action & Aventure

Qui ne connaît pas Spider-Man? Le super-héros aux pouvoirs d’araignée des comics Marvel. Il a fait la joie d’un certain nombre de joueurs à...